La persévérance, façon Wellens

24 octobre 2020 - 17:35 [GMT + 2]

Tim Wellens mérite largement d’être cité pour illustrer les vertus de la persévérance. Le coureur belge sème beaucoup plus qu’il ne récolte, mais ses aventures dans les échappées ou lors de raids solitaires sont quelquefois payantes. Cette semaine, il a commencé par tenter sa chance sur les deux premières étapes… sans succès. Sur la route de Sabinanigo, il a laissé passer l’orage, lorsque les premières vagues d’attaquants se sont heurtées aux volontés du peloton, puis s’est lancé dans un groupe d’attaque à une centaine de kilomètres de l’arrivée, qu’il a rapidement quitté pour faire cause commune avec Guillaume Martin et Thymen Arensman. L’échappée a dans un premier temps permis à Wellens de s’emparer du maillot à pois. Mais son appétit n’étant pas rassasié, il a fait preuve de patience pour s’imposer grâce à son explosivité dans un sprint à trois, au plus dur d’une pente qui lui a certainement rappelé le Mur de Huy, dont il est voisin. Après avoir déjà remporté deux étapes sur le Giro d’Italia, le Belge s’impose pour la première fois sur les routes de La Vuelta. Derrière, le match pour la 4e place a été remporté par Primoz Roglic, tandis que Dan Martin, qui a chuté dans le dernier kilomètre, a été reclassé dans le même temps. Il y a toujours 5'' d'écart entre les deux leaders du classement général à la veille de l'étape de Formigal.

52,6 kilomètres dans la première heure
Au départ de l’étape, 167 coureurs semblent convaincus que l’échappée du jour a toutes les chances d’aboutir. Parmi eux, un groupe imposant de 14 coureurs se détache au km 3 avec Vingegaard (Jumbo-Visma), Cattaneo (Deceuninck-Quick Step), Costa (UAE), Power, Salmon, Storer (Sunweb), Fraile (Astana), Seigle (Groupama-FDJ), Barta (CCC), Edmonson (Mitchelton-Scott), Dewulf (Lotto-Soudal), G.Martin, Barcelo (Cofidis) et Ligthart (Total Direct Energie). Mais les formations Caja Rural-Seguros RGA et Burgos-BH, également soutenues dans leur combat par Education First, exercent une pression incessante pour parvenir à intégrer un de leurs coureurs dans l’échappée. L’écart ne dépasse donc jamais 40’’ (km 58), et l’arrivée en contre de Michael Woods (EF) dans le groupe au km 64 ne change rien à l’affaire. Après 77 kilomètres de course, un regroupement général reforme le peloton.

6 + 6 = 12
Tout est donc à refaire, et ce sont dans un premier temps Cavagna et Amador, accompagnés de Dewulf et Cort, qui tentent leur chance sans succès. Au km 91, un nouveau groupe se forme en deux temps, avec d’abord Power, Donovan (Sunweb), Scotson (Mitchelton-Scott), Wright (Bahrain-McLaren), Wellens (Lotto-Soudal) et Cepeda (Caja Rural), rejoints par Kuss (Jumbo-Visma), Bagioli (Deceuninck-Quick Step), Arensman (Bora), G.Martin (Cofidis), Oliveira (Movistar) et Badilati (Israel Start Up Nation). Cette configuration n’inspire pas Tim Wellens, qui sort de ce groupe au km 105 accompagné de Thymen Arensman. Le duo se transforme en trio au km 118 avec le renfort de Guillaume Martin. Le choix a été judicieux, puisque les intercalés sont rejoints par le peloton en abordant les 5 derniers kilomètres d’ascension à l’Alto de Vio. Au sommet, où Wellens bascule en tête, le retard du peloton est enregistré à 2’50’’.

Wellens déshabille Carapaz
Dans l’ascension suivante menant à l’Alto de Fanlo (km 138,5), le trio continue sa progression (3’30’’) et Wellens sa collecte de points de la montagne. Juste avant la montée à l’Alto de Petralba, l’écart maximal est enregistré à 4’30’’, mais la formation Total Direct Energie choisit de durcir la poursuite. L’accélération n’empêche pas Wellens de prendre au sommet la tête du classement des grimpeurs. Avec 2’50’’ de marge, il reste alors 18 kilomètres aux trois prétendants à l’étape pour se départager. A 5 km de l’arrivée, aucun d’entre eux n’a pris l’initiative d’anticiper, c’est donc dans le raidard final que se joue la victoire d’étape. Le plus jeune des trois, Arensman, attaque sous la Flamme Rouge mais le trio se reforme et c’est dans les 200 derniers mètres que Tim Wellens fait parler son explosivité pour aller chercher sa première victoire sur La Vuelta.

Résumé - Étape 5 | La Vuelta 20
24/10 - La Vuelta 2020 - Etapa 5 - Huesca-Sabiñánigo
24/10 - La Vuelta 2020 - Etapa 5 - Huesca-Sabiñánigo © Unipublic/Charly López

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur La Vuelta